Le Clos-Toreau veut changer d'ère

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

En finir avec les erreurs du passé. La ville de Nantes a présenté hier son « grand projet de renouvellement social et urbain » pour le Clos-Toreau. Situé au Sud-Loire, le quartier qui compte 11 000 habitants, demeure enclavé et coupé de la ville par l'A 801. « L'arrivée du busway en novembre va transformer cette autoroute en boulevard urbain pacifié », est convaincu Patrick Rimbert, premier adjoint (PS) délégué aux grands projets urbains.

Pour le Clos-Toreau, les travaux vont ainsi s'étaler jusqu'en 2012. Une nouvelle place centrale, qui sera livrée « à l'automne 2008 », accueillera un ensemble de 2 000 m2 d'équipements publics (centre socio-culturel, médico-social...). Un « nouveau pôle de commerces » va aussi y voir le jour, promet la mairie. Autour de l'îlot Bonne-Garde, près de l'hôpital Saint-Jacques, 6 000 m2 de bureaux vont être construits. L'îlot des Hangars, qui constitue l'entrée du quartier pour les automobilistes venus de l'A 801, va voir le transfert et l'agrandissement du Super U, qui s'enrichira d'une galerie commerciale. « Son impact visuel et physique marquera fortement l'entrée de ville de Nantes », assure-t-on à l'Hôtel de ville.

L'aspect logement du projet n'a pas été oublié. Dès l'an prochain, les pieds d'immeuble de la rue de Saint-Jean-de-Luz seront « améliorés » (plantations, clôtures, éclairages et signalétique pour mieux distinguer espaces publics et privés). Et 580 logements neufs vont sortir de terre d'ici à 2012.

Guillaume Frouin

« On n'a pas touché au cimetière Saint-Jacques, qui est sacré », explique Patrick Rimbert. Même si « franchement c'est tentant », « on n'a pas voulu évacuer la mort, qui fait partie de la vie ».