La Loire-Atlantique sème ses zones

©2006 20 minutes

— 

Le visage de la Loire-Atlantique dans vingt ans se décide maintenant. Un premier « débat d'orientation » a lieu ce matin entre les conseillers généraux, pour déterminer les priorités du département en termes d'aménagement du territoire. « Il faut très vite se doter d'outils, si on ne veut pas que la Loire-Atlantique se transforme en une immense banlieue parisienne », justifiait hier Patrick Mareschal, président (PS) du conseil général. « En perdant notre cadre de vie, on perdrait ce qui est notre atout actuellement. »

La création de « zones économiques départementales » est ainsi envisagée. « On préfère avoir six grandes zones bien pensées plutôt qu'une quinzaine de petites, plus ou moins vides », explique Patrick Mareschal. Outre leur grande taille (au moins 150 ha), celles-ci auraient pour caractéristique d'être ciblées sur une « activité précise ». La zone de Savenay, à proximité du futur aéroport de Notre-Dame-des-Landes et du port de Nantes-Saint-Nazaire, aurait ainsi « une vocation plutôt logistique ».

Chose étonnante, aucune de ces zones n'a été prévue dans la région de Châteaubriant, pourtant en marge du développement économique de la Loire-Atlantique. «Ces zones nécessitent d'être bien situées au niveau des axes de communication », poursuit le président du conseil général. « Or, le pays de Châteaubriant est un peu à l'écart. Si l'Etat avait fait construire la 2x2 voies Nantes-Rennes un peu plus à l'est, on n'en serait pas là aujourd'hui. »

Guillaume Frouin

Avec près de 11 000 nouveaux habitants par an depuis 1999, la population du département est aujourd'hui estimée à 1,2 million d'habitants. Elle devrait atteindre 1,3 million en 2015.