CHU : l'unité «ADN» ferme

— 

Elle avait contribué à élucider de célèbres enquêtes criminelles comme l’affaire Caroline Dickinson, celle des disparus de Mourmelon, du « tueur de l’Est parisien » Guy Georges, ou celle du meurtre de Ludivine à Guérande. Elle avait même découvert il y a peu une trace inconnue sur les vêtements du juge Borel, retrouvé assassiné en 1995 à Djibouti. L’unité fonctionnelle des empreintes génétiques du CHU de Nantes vient de fermer, victime de la concurrence croissante des laboratoires privés spécialisés. Les deux fondateurs et responsables de l’unité de recherche sur l’ADN l’ont d’ailleurs quitté récemment. Le CHU a décidé de conserver son laboratoire pour d’autres usages « plus innovant ».