Sans-papiers : le parrainage a du succès

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

La cour et les jardins de l'Hôtel de ville de Nantes avaient des allures de fourmilière samedi midi. Elus, membres du collectif Enfants étrangers-citoyens solidaires, tous paraient au plus pressé, débordés face à l'élan populaire qu'a suscité cette grande journée de mobilisation de soutien aux enfants sans papiers.

Plusieurs mairies de l'agglomération avaient décidé d'organiser des cérémonies de parrainages républicains pour ces enfants scolarisés en France mais expulsables à tout moment, avec leur famille, du fait de la fin du sursis accordé par le ministère de l'Intérieur. A Nantes, 64 jeunes ont pu ainsi recevoir le soutien officiel d'un parrain et d'une marraine, sous les yeux d'un officier d'état civil. Mais une quinzaine de familles et près d'une trentaine d'enfants, s'étant déplacés à la dernière minute, devront attendre une seconde cérémonie promise dans l'urgence par la mairie. « C'est un geste capital pour ces familles, elles se mettent sous la protection de la République, explique Jean-Luc Landas, bénévole du collectif. Les demandes de parrainage ne cessent aussi d'affluer. L'engouement est phénoménal. » « Quand il y a une mobilisation massive, le pouvoir ne peut que reculer. L'inhumanité des lois Sarkozy s'affiche au grand jour. Nul doute que cette journée va accélérer les choses», estime Mgr Jacques Gaillot (2) venu au même titre qu'Albert Jacquard, Charles Berling (3) ou Christiane Taubira soutenir l'initiative.

Frédéric Brenon

Dix maires des principales villes de l'Ouest (Nantes, Rennes, Le Mans, Brest...) ont rédigé vendredi une déclaration commune réclamant à Nicolas Sarkozy la régularisation des enfants sans papiers et de leurs familles.