Il y a plus de suicides dans la région qu'ailleurs

Frédéric Brenon
— 

On meurt davantage par suicide en Pays de la Loire que dans le reste de la France. C'est ce qui ressort d'une étude que vient de publier l'observatoire régional de la santé (ORS). Le taux régional de mortalité par suicide (18,6 décès pour 100 000 habitants) sur la période 2007-2009 est ainsi supérieur de 19 % à la moyenne nationale chez les femmes, et supérieur de 25 % chez les hommes! Un écart conséquent et surprenant au regard de la qualité de vie louée dans la région.
« C'est un constat que l'ont fait depuis 20 ans et qui ne se réduit pas, donc forcément ça interpelle, observe Jean-François Buyck, médecin co-auteur de l'étude. C'est très difficile de l'expliquer car les causes du suicide sont multifactorielles (individuelles, familiales, sociétales...). On peut toutefois établir un lien avec la surconsommation d'alcool en Pays de la Loire. L'alcool favorise l'état de dépression, favorise l'impulsivité, et donc le passage à l'acte. Il y a aussi le phénomène d'isolement social dans les secteurs ruraux, en particulier chez les agriculteurs, une profession très touchée. » Quelque 714 suicides de Ligériens sont recensés en moyenne chaque année sur la période 2007-2009. Soit trois fois plus de décès que les accidents de transports. C'est entre 35 et 54 ans que le nombre de suicides est le plus important. Les trois quarts concernent des hommes. « C'est parce que les modes de suicide sont beaucoup plus létaux (pendaison, arme à feu, etc.) chez les hommes. On observe en revanche plus de tentatives chez les femmes. »
La bonne nouvelle est toutefois la diminution depuis dix ans du taux régional de mortalité. Une tendance davantage marquée chez les femmes, les personnes âgées et les moins de 25 ans.