Une assistante sociale en soutien de la gendarmerie

©2006 20 minutes

— 

Différends familiaux, tentatives de suicide, violences conjugales... Chaque nuit, la gendarmerie de Loire-Atlantique intervient dans une quinzaine d'affaires « sociales ». « Nous n'avons pas les compétences pour régler ce type de problèmes », avoue le colonel François Degez. En partenariat avec le conseil général, la gendarmerie a donc recruté une assistante sociale début avril. Après avoir établi un diagnostic, son rôle est de réorienter les victimes vers les services les mieux adaptés. « Je suis un relais, je n'ai pas pour mission de suivre les dossiers », explique Geneviève Godec. Si elle réside dans leurs locaux, les gendarmes n'ont pas autorité sur son travail. « Les travailleurs sociaux n'alimentent pas les informations destinées aux enquêtes pénales. Ce n'est pas un complément d'enquête », insiste Patrick Mareschal, président du conseil général. Plus de trente cas ont déjà été traités par Geneviève Godec.

C. E.