« Logement social ne signifie pas cas sociaux, ni barres HLM »

— 

Pour les défenseurs du logement social, la loi SRU « marquera l'histoire ». « Elle fera date pour les habitants, j'en suis sûr, est convaincu Gilles Retière. Beaucoup étaient pourtant réticents. J'ai passé les premières années à répéter que ce n'était pas normal que les revenus modestes soient relégués dans certaines villes et certains quartiers. La mixité sociale ne coulait pas de source, il y avait des voisins dont on ne voulait pas toujours... Aujourd'hui, on trouve des locatifs sociaux là où il n'y en avait pas, dans les bourgs et centres-ville par exemple. »
« Sans la loi SRU, certaines communes ne laisseraient aucune chance aux jeunes ménages pour s'installer et renouveler la population, juge Marcel Leclerc, à Montoir-de-Bretagne. Chez nous, on ouvre des classes, les sections sportives et culturelles font le plein. Logement social ne signifie pas cas sociaux, ni forcément barres HLM. Il y a du petit locatif qui s'intègre très bien désormais. Compte tenu des besoins, c'est un enjeu auquel nous devrons plus que jamais continuer de répondre. » F.B.