Le revolving toujours sur la tempe

— 

Une plainte a été déposée contre Fly.
Une plainte a été déposée contre Fly. — F. Elsner / 20 Minutes

L'UFC-Que Choisir a annoncé avoir porté plainte contre le Fly de Trignac. Un vendeur du magasin de meubles de la zone commerciale de Saint-Nazaire, filmé en caméra cachée, aurait proposé un « crédit renouvelable » (ex-crédit « revolving ») à des adhérents de l'association de consommateurs, sans leur proposer d'alternative ou vérifier leur solvabilité financière. La pratique est pourtant très encadrée, depuis le vote de la loi Lagarde en 2010.

Haro sur les « cartes de fidélité »
Le Fly de Trignac - qui n'a pas répondu aux sollicitations de 20 Minutes - va payer « pour l'exemple », convient-on à l'UFC-Que Choisir. De nombreuses autres enseignes auraient très bien pu faire l'objet d'une plainte, comme l'a montré son enquête menée fin janvier auprès de vingt-trois magasins et hypermarchés de l'agglomération nantaise. Si 77 % d'entre elles proposent bien des crédits « gratuits » (« X fois sans frais »), leurs offres sont en effet souvent conditionnées à la souscription d'une carte magasin ou d'une « carte de fidélité »... qui ouvre droit à un crédit renouvelable. « C'est extrêmement dangereux : on peut ne pas se servir de l'argent, mais il faut être vigilant... ce qui n'est pas à la portée de tous les consommateurs », dénonce Hervé Le Borgne, président de l'antenne nantaise de l'UFC - Que Choisir. « Avec la loi, on voulait sortir le crédit renouvelable par la porte, mais on s'aperçoit qu'il est rentré par la fenêtre de la carte de fidélité. »G. F.