Sordide jeu de « hasard » pour le meurtrier de Marion

Guillaume Frouin

— 

Ce mardi, sur les lieux du drame.
Ce mardi, sur les lieux du drame. — L. failler / 20 Minutes

On en sait un peu plus sur le meurtrier présumé de Marion, cette adolescente de 14 ans dont le corps a été retrouvé lundi dans des toilettes publiques à Bouguenais. Cet héroïnomane de 25 ans, d'origine angolaise, était recherché depuis une semaine par la police après avoir sectionné le bracelet électronique qu'il devait porter dans le cadre d'une fin de peine. Il avait en effet déjà été condamné à neuf reprises, pour des délits mineurs. Sa plus lourde condamnation s'élevait à un an de prison, dont six mois avec sursis et mise à l'épreuve.

Pas de traces de stupéfiants
L'homme, dont la garde à vue a été prolongée ce mardi, dit avoir choisi ses victimes « au hasard ». « Il reconnaît les faits, et en revendique même l'intention homicide », explique Yves Gambert, vice-procureur de la République au parquet de Nantes. « Il tient des propos détachés et très froids, mais qui sont en même temps décousus et peu rationnels. » Son dépistage salivaire en matière de stupéfiants s'est d'ailleurs révélé négatif. En revanche, son taux d'alcoolémie (0,8 g par litre de sang) était positif. Il aurait toutefois pu être alimenté par les bouteilles de vin qu'il s'est ouvertes chez sa troisième et dernière victime, un octogénaire de Vertou.
L'homme de 67 ans qu'il avait frappé de plusieurs coups de couteau à la gorge, lundi après-midi dans le parc du Loiry à Vertou, serait lui tiré d'affaire. Alors que son pronostic vital avait été engagé, le sexagénaire pourrait être entendu par les enquêteurs sous peu.

Fugue

L'adolescente retrouvée morte avait fugué d'un foyer, où elle avait été placée par les services sociaux. « C'est une jeune fille qui avait des difficultés à assumer son adolescence et était quelque peu en rupture », a déclaré Yves Gambert.