Meurtre d'une adolescente de 14 ans à Bouguenais: Un suspect a été placé en garde à vue

FAITS-DIVERS L'adolescente avait été retrouvée morte dans des toilettes publiques lundi...

Guillaume Frouin

— 

Des techniciens d'investigation criminelle ont investi lundi les lieux du drame.
Des techniciens d'investigation criminelle ont investi lundi les lieux du drame. — F. Elsner / 20 Minutes

Un suspect a été placé en garde à vue lundi après-midi à la gendarmerie de Vertou, après la découverte, au petit matin, du corps d'une adolescente de 14 ans dans des toilettes publiques à Bouguenais. Celle-ci – en partie dévêtue – gisait dans une mare de sang. Elle aurait reçu «une multitude de coups de couteau», selon une source proche du dossier. Son agresseur présumé a été interpellé en milieu d'après-midi, après avoir agressé deux autres personnes à Vertou, à 13 km de là. Dans le parc du Loiry, il a grièvement blessé au couteau un piéton à la gorge, à tel point que le pronostic vital de ce dernier est engagé. Le suspect a également tenté d'agresser un octogénaire à son domicile. Celui-ci s'en est sorti indemne, mais était «choqué», selon un gendarme.

Un «comportement anormal»

Les enquêteurs ont pu retrouver cet homme au «comportement anormal» après qu'il a rallumé le téléphone portable de l'adolescente morte à Bouguenais. Un faisceau d'indices accable ce quadragénaire «complètement secoué du bocal»: il était en possession de l'appareil et d'un couteau, mais portait aussi des traces de sang. Les analyses ADN, pratiquées lundi matin sur la scène du crime, pourraient le confondre. Leur résultat pourrait être connu ce mardi. Mais le lien qui unit les trois affaires est d'ores et déjà «assez solide», a affirmé Yves Gambert, vice-procureur au parquet de Nantes.

Plusieurs dizaines de gendarmes avaient été mobilisés sur cette affaire, sitôt l'alerte donnée, peu avant 8h. Des passants, qui voulaient faire usage des toilettes, avaient en effet été intrigués par les traces de sang aux abords des WC. Une employée municipale a alors fait la macabre découverte. Très vite, des militaires ont quadrillé les lieux, mis à l'abri du regard des curieux par de longues bâches noires.

La victime avait quitté le domicile familial

L'identification de la victime n'est pas simple, compte-tenu des coups qui lui ont été infligés. Il pourrait s'agir d'une adolescente qui aurait «fugué» du domicile familial il y a plusieurs jours, selon un gendarme. Elle se serait installée aux Couëts, car son petit ami y vivait, selon des collégiennes.