NANTES - L'intérimaire ne se laisse pas faire

— 

Un conducteur de camions et de grues employé en intérim pendant deux ans par la société Mediaco a attaqué hier son ex-employeur aux prud'hommes de Nantes. Le « n°1 du levage en France » lui aurait par exemple imposé des journées de plus de dix heures « à 77 reprises », et n'aurait pas respecté ses onze heures de repos quotidiennes à « 19 reprises ». « Ces conditions de travail abominables ont abouti à le rendre malade », dénonce la CGT, pour qui Mediaco a également « mis en danger la sécurité des usagers de la route ».