L'argent a ruiné le convoyeur

— 

Sa mésaventure est le comble du cynisme. Un convoyeur de fonds nantais attaquait hier la Brink's aux prud'hommes, suite à son licenciement pour « inaptitude ». Jean-Charles Mégaoui, 51 ans, s'était en effet cassé le dos en février 2007… en transportant des sacs de 30 kg de pièces de monnaie. Le convoyeur de fonds – payé 1600 € nets – est alors reconnu travailleur handicapé. Mais n'a pas fait l'objet de reclassement, en dépit des obligations imposées aux entreprises de plus de 5 000 salariés. Jean-Charles Mégaoui était, il est vrai, en conflit avec ses supérieurs hiérarchiques.
« On a une obligation de recherche, mais pas de résultat », se défend l'avocat de la Brink's. « Toutes les entreprises ont pourtant intérêt à recruter des salariés handicapés, sinon elles payent des pénalités. » Le convoyeur de fonds, lui, réclame plus de 80 000 € de dommages et intérêts. Décision le 10 mai.G.F