Treize ans de prison pour le « viol » des bébés

— 

Le verdict est finalement tombé samedi soir. Le fils d'une ex-assistante maternelle de Couëron a été condamné à treize ans de prison par la cour d'assises de Loire-Atlantique, pour des « viols » et « agressions sexuelles » commis sur deux bébés que gardait sa mère. L'accusation reposait en grande partie sur les propres aveux de ce brillant étudiant de 27 ans, placé en garde-à-vue en octobre 2009 pour détention d'images pédophiles.
Ses rétractations, survenues entre-temps, n'ont pas suffi à convaincre les jurés. Ces derniers ont été confortés par l'analyse du psychiatre qui a examiné ses présumées victimes : à la seule évocation de l'accusé, l'une d'elles connaissait devant lui de brusques dérèglements du langage. « Je ne pense pas qu'elle joue la colère, elle est authentique », estimait le psychiatre. Au premier jour de son procès, Régis s'était dit lui-même victime d'abus sexuels dans son enfance, et avait fait état de son homosexualité « refoulée ».G.F.