La mairie ne se prend pas la dette

— 

Le conseil municipal de Nantes a adopté vendredi son budget primitif pour l'année 2012. Un total de 482 millions d'euros, en hausse de 4 % par rapport à l'an passé, financé grâce à l'augmentation des valeurs locatives votée par le Parlement (les taux fixés par la ville restent les mêmes) et le « dynamisme du territoire nantais suite aux nouvelles constructions ».
La mairie prévoit aussi d'avoir recours à l'emprunt, à hauteur de 34,7 millions d'euros. Dans le même temps, elle devrait se désendetter de 3 millions d'euros. Le stock de dette aura ainsi baissé de 162 millions d'euros en dix ans. « Alors que la dette par habitant était de 2 554 € en 1995, elle n'est plus que de 926 € en 2011, contre 1264 € au niveau national », compare Pascal Bolo, adjoint (PS) aux finances. Les agences de notation n'y sont pour rien : la mairie n'est pas notée par ces dernières, car elle n'a pas recours aux marchés financiers. A la différence de la région Pays de la Loire, qui vient d'être classée AA avec « perspective stable sur le long terme » par Standard & Poor's.G.F.