Le Chronobus soumis à l'avis du public

Guillaume Frouin

— 

Ils n'arriveront qu'en septembre 2013, mais ils font déjà l'actualité : à partir d'aujourd'hui, trois des dix futurs Chronobus sont soumis à enquête publique. Jusqu'au 2 mars, commerçants et riverains vont pouvoir donner leur avis sur le tracé et les aménagements des lignes C5 (Gare sud - Ile de Nantes), C6 (Hermeland - Chantrerie) et C7 (Nantes Est- Sainte-Luce - Thouaré). Ils pourront faire état de leurs doléances par courrier ou dans des registres publics, ouverts dans les mairies annexes. Au terme de cette procédure légale, le commissaire-enquêteur rendra son avis, préalable à l'arrêté d'utilité publique pris par la préfecture. Les quatre premières lignes Chronobus, qui se lanceront pour leur part dès septembre prochain, en ont été exemptées : leur coût était inférieur aux seuils fixés par la loi.

Fronde sur la ligne du C7
Les commerçants de Sainte-Luce et de Thouaré, qui avaient déjà manifesté contre le tracé du C7 début janvier, devraient en profiter pour remonter au créneau. Ils redoutent en effet de perdre des places de stationnement et de la « visibilité ». Jean-François Retière se veut lui serein. « Sur la ligne C1, où les travaux sont déjà faits à 75 %, les aménagements ont déjà permis aux usagers du bus actuel de gagner de une à deux minutes sur une partie du trajet », relève le vice-président (PS) de Nantes métropole en charge des déplacements. A terme, près de 100 000 voyageurs devraient profiter de ses dix lignes Chronobus.

Chronobus, mode d'emploi

A mi-chemin entre un bus classique et un busway, le Chronobus circulera sur des couloirs réservés et bénéficiera d'une « amplitude horaire identique à celle du tramway et du busway », promet Nantes métropole. Les quatre premières lignes seront lancées en septembre, trois autres en 2013 puis les trois dernières après 2014.