NANTES - La femme alcoolique avait poignardé son compagnon

— 

Les violences conjugales sont souvent le fait d'hommes. Mais, depuis hier, c'est bien une femme qui est jugée par la cour d'assises pour le « meurtre » de son compagnon. Brigitte, 45 ans, avait poignardé en plein cœur David Ribot, en octobre 2009, à leur domicile de Saint-Nazaire. Après avoir repoussé ses caresses, elle aurait eu « peur » qu'il la mette dehors. Des souvenirs flous, à vrai dire : l'accusée avait 2,40 g d'alcool par litre de sang. Sa victime était tout aussi alcoolique qu'elle, comme l'étaient d'ailleurs aussi ses parents.
« Je ne voulais pas le tuer, je voulais juste lui faire peur », s'est défendue Brigitte, hier, devant les jurés. Le détail est d'importance : si son crime est requalifié en « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », elle encourt vingt ans de prison. Contre la réclusion criminelle à perpétuité, pour un « meurtre par concubin ». Verdict demain.G.F.