Le poireau nouveau droit dans sa botte

©2006 20 minutes

— 

Après le beaujolais nouveau, le muguet nantais, voila le poireau primeur. Depuis hier et jusqu'au 31 août, c'est la pleine saison. Un véritable savoir-faire nantais puisque 95 % de la production française est issue des bords de Loire. Près de 22 000 tonnes sortent de terre dans la région chaque année. « C'est un produit qui n'a rien à voir avec le poireau à soupe, précise Pascal Poiron, du comité économique fruits et légumes du Val de Loire. C'est un goût et une texture tout à fait différente ».

En effet, le légume est cultivé à contre-saison, semé en octobre pour une récolte en mai alors que, dans les autres régions, il pousse habituellement d'avril à octobre. « C'est le climat océanique qui permet cette pousse à contretemps, précise Pascal Poiron, on profite également des alluvions du Val de Loire. » Mais c'est aussi une activité lucrative : le poireau primeur est vendu 10 à 20 % plus cher que son grand frère pour un chiffre d'affaires de 18 millions d'euros. Et il s'exporte jusqu'en Scandinavie, au Portugal, en Allemagne et en Grande-Bretagne.

P.-B. V.