NANTES - Débordements en cuisine

— 

Six mois de prison avec sursis ont été requis hier contre l'ex-responsable d'un « restaurant social » de Saint-Herblain, pour des agressions sexuelles commises en 2009 et 2010 sur des femmes accueillies en formation. « Si on ne lui faisait pas de bisou sur la bouche en arrivant le matin, il se fâchait et ne parlait plus de la journée », témoigne l'une d'elles. L'actuel retraité était également coutumier des tapes sur les fesses. « C'était pour les encourager », se défend l'intéressé, qui admet avoir été « trop affectueux ».G.F.