De la chaleur humaine face au froid

Guillaume Frouin

— 

Dans ce foyer, géré par les secouristes de la Protection civile, on peut venir avec son chien.
Dans ce foyer, géré par les secouristes de la Protection civile, on peut venir avec son chien. — L. Failler / 20 Minutes

C'est l'une des conséquences de la chute brutale des températures : le foyer d'hébergement d'urgence Gustave-Roch, situé près du Marché d'intérêt national (MIN) de l'île de Nantes, a rouvert ses portes ce week-end. Jusqu'à jeudi matin, dix-huit places y attendent les sans-abri. Bananes, mandarines ou café chaud sont aussi proposés au petit-déjeuner.
Hier matin, Ludovic savourait l'instant à sa juste valeur : cela faisait quatre mois que ce jeune de 23 ans, habitué des transats de la Halte de nuit, n'avait pas dormi dans un vrai lit. « Ca fait du bien, cela permet de récupérer de la fatigue accumulée dehors », souffle cet intérimaire, expulsé de son appartement du Mans (Sarthe), après avoir perdu son boulot.

« On est dans l'urgence »
« En foyer, on rencontre aussi des gens... Le contact humain, ça fait toujours chaud au cœur », ajoute Ludovic, qui n'a pratiquement plus de contacts avec ses parents. A ses côtés, on trouve ainsi des Tchétchènes, des Africains ou des gens comme Greg. A 31 ans, cet ex-détenu « essaie d'arrêter l'alcool » pour retrouver un boulot et un appartement. Tous ont été dirigés ici par le 115.
« Ici, on n'est pas dans la réinsertion, mais bien dans l'urgence », explique un peu plus loin Jean-Pierre Rabiller, secouriste de la Protection civile, l'association qui gère le foyer. « On est là pour les empêcher de mourir de froid dans la rue. » L'an dernier, son association est ainsi venue en aide à près de 800 sans-abri.

Plan « Temps froid »

Le plan « Temps froid », déclenché par le préfet, prévoit aussi un « renforcement des capacités d'écoute » du 115, le numéro vert disponible 24 h/24 pour signaler une personne sans-abri. A Nantes, la maraude du Samu social est également intensifiée, tandis qu'une « maraude de soirée » est mise en place à Saint-Nazaire.