Cure de désintox au Zénith

Guillaume Frouin

— 

Jean-Luc Mélenchon a réuni plus de 5 000 militants samedi soir au Zénith.
Jean-Luc Mélenchon a réuni plus de 5 000 militants samedi soir au Zénith. — F. Elsner / 20 Minutes

Jean-Luc Mélenchon pense vraiment à tout. Pour son premier meeting de campagne, samedi au Zénith, le candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle avait prévu une garderie pour les enfants. Une initiative pas complètement désintéressée : il comptait ainsi attirer les parents à ses « ateliers citoyens ». Surnommés « ateliers de désenfumage », ils consistent à « produire et s'approprier des arguments sur des thèmes revenant constamment dans la campagne » (crise de la dette, euro, « vote utile »…).

Front national vs Front de Gauche
Le spectre du Front national a ainsi été largement abordé sous les petits parasols plantés, façon terrasse de café, à l'intérieur de la salle de spectacles. « On nous serine que 30 % des ouvriers votent Front national, mais en réalité 94 % d'entre eux n'ont pas voté Le Pen aux dernières régionales, en tenant compte de l'abstention », martèle ainsi Françoise Thibaud-Meslé, une Rezéenne de 61 ans. Michèle, elle, s'intéresse à la hausse du Smic à 1700 €, que Jean-Luc Mélenchon veut coupler avec un plafonnement des salaires pour « ne pas dépasser un écart de 1 à 20 ». « Ce n'est pas utopique : si les patrons veulent s'augmenter, ils devront aussi augmenter leurs ouvriers », en déduit-elle.

Grand Ouest

Plus de 5 000 personnes, venues de Bretagne, des Pays de la Loire et du Poitou-Charentes, ont assisté au meeting. Trente autocars avaient été affrétés.