Des rois de la grimpe très branchés

©2006 20 minutes

— 

De drôles d'oiseaux ces élagueurs. Ce week-end, au parc du Grand-Blottereau, le gratin des arboristes-grimpeurs en a mis plein la vue aux centaines de spectateurs venus assister aux Journées branchées. Rivalisant d'agilité et de technique, les quarante concurrents représentant treize pays ont fait étalage de leurs talents à l'occasion des championnats de France et d'Europe de la discipline.

Grimper rapide, déplacement à plus de vingt mètres de hauteur dans les branches, lancer de sac, touché de cibles... Du grand spectacle, « mais un métier avant tout », précise Marck Bridge, Suisse de 36 ans et champion d'Europe sortant. « Notre entraînement, c'est notre profession au quotidien. Evoluer dans un arbre et le traiter nécessite aussi de connaître sa physionomie, ses maladies tout en respectant les règles de sécurité. »

Une passion qui induit une solide formation : en général une école d'horticulture suivie d'un apprentissage de l'escalade. « Nous ne participons pas aux compétitions pour faire les guignols ou gagner un trophée, insiste Michel Schneider, champion de France en titre, tombé tout petit dans la grimpe d'arbres. On en profite pour apprendre de nouvelles techniques. » Le vertige ? « Connais pas ! » Michel a déjà traité des platanes culminant à 45 mètres. Les accidents ? « Des coupures ou des chutes, mais sans gravité. » Le frisson ? « Garanti ! » Du coup, les plus jeunes ont profité des animations pour défier eux aussi les lois de l'apesanteur.

Thomas Huet

Le record du monde de Footlock – grimper le plus rapidement possible au faîte d'un arbre à l'aide d'une corde, suspendu dans le vide – est de 14 secondes pour 15 mètres. La discipline est née aux Etats-Unis dans les années 1970.