Ils ne manquent pas d'air

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

On se croirait dans un atelier textile clandestin. Dans un garage de l'Ecole supérieure du Bois, désertée pendant les vacances universitaires, deux machines à coudre industrielles piquent du tissu à n'en plus finir. Derrière elles, deux étudiants de 23 et 24 ans. Antoine Postaire et Thomas Levet fabriquent tout simplement leur propre montgolfière. Objectif : survoler au début septembre la Croatie.

Ce pari un peu fou, mené dans le cadre de leur cursus scolaire, interpelle forcément dans la ville natale de Jules Verne. Le projet a d'ailleurs pris le nom de « Nab Challenge »*, en référence à l'esclave noir affranchi des Voyages extraordinaires de l'écrivain. Autre clin d'oeil du destin, Thomas est originaire d'Amiens (Somme), là où l'auteur du Tour du monde en 80 jours s'est installé après son départ de Nantes. Lui et Antoine partiront d'ailleurs, après leur épopée en Croatie, étudier pendant un an à Shanghaï et Harbin (Chine). Mais l'analogie s'arrête là. Car « Nab » signifie aussi pour les deux élèves-ingénieurs « Nomad Aerial Balloon ». Pas spécialement fascinés par ce type d'engin, Thomas et Antoine voulaient au départ simplement « fabriquer quelque chose et voler avec ». Après avoir écarté l'idée d'un dirigeable (« les 400 m3 d'hélium allaient nous coûter trop cher et il fallait un hangar de 15 mètres de haut »), les deux jeunes optent en septembre pour la montgolfière.

Une course contre la montre s'engage alors. Ils obtiennent d'abord 1000 m2 de tissu « à titre gracieux » par un fabricant spécialisé. Puis dégotent six kilomètres de fil en polyester, à prix cassé. Ils se chargent enfin de fabriquer eux-mêmes la nacelle en rotin, entre la recherche de partenaires et les rendez-vous avec le banquier. Au final, l'ouvrage devra recevoir le feu vert de la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) pour pouvoir voler. Antoine et Thomas ont aussi suivi un stage intensif de fabrication de montgolfières, dans le Cher. « Les autres participants nous prenaient pour des fous, raconte Antoine. Tous étaient des pilotes, qui se sont ensuite intéressés à la conception des montgolfières. Nous, c'est l'inverse ! ».

Guillaume Frouin

* www.nab-challenge.com