Après le rapport du BEA, la Semitan défend ses bus à gaz

©2006 20 minutes

— 

La Semitan a réagi hier aux conclusions du rapport du Bureau d'enquête sur les accidents (BEA) à propos des deux incendies qui avaient détruit en août 2005 deux bus à gaz, à Montbéliard (Doubs) et à Nancy (Meurthe-et-Moselle). En cause, « deux feux de moteur causés par un court-circuit électrique et une panne de turbocompresseur ».

Auditionnant plusieurs réseaux de transport en commun en France, le BEA avait recensé à Nantes « dix-huit départs de feu » entre 1998 et novembre 2005 sur les bus à gaz de la Semitan. « Parmi les incidents, deux cas de blocage de freins et trois cas de vandalisme ne ressortent pas directement des problèmes d'alimentation au gaz », relève la Semitan. « Les mesures préconisées par le rapport recoupent totalement les décisions déjà prises dans l'entreprise et qui sont en cours de déploiement. » Les bus à gaz de marque Volvo avaient déjà défrayé la chronique à Nantes en 2005, après des emballements de moteur. Ils avaient occasionné une dizaine d'incidents.

G. F.