Un bus-restaurant à vertou

Frédéric Brenon

— 

Au « Bus », les clients sont servis à l'étage, la cuisine est installée en-dessous.
Au « Bus », les clients sont servis à l'étage, la cuisine est installée en-dessous. — F. Elsner / 20 MInutes

A l'origine de l'histoire, il y a une double passion : celle de la cuisine et du temps passé avec sa famille. Deux choses souvent peu compatibles dans la restauration professionnelle. C'est ce qui a poussé Ines Thabard à quitter son costume d'employée pour monter le mois dernier sa propre affaire, ouverte le midi du lundi au vendredi, au cœur du parc industriel de la Vertonne à Vertou. Mais la jeune femme d'origine mexicaine a voulu pousser l'idée plus loin. « Je cherchais un concept original. J'ai vu qu'il existait des bus-restaurants à Londres ou aux Etats-Unis. Pourquoi pas à Vertou? » Banco. Ines achète un bus à impériale rouge « sans sièges » et sollicite l'aide d'un artisan et d'un architecte d'intérieur pour le transformer.

Pas de la bouffe rapide
Cinq mois de « casse-tête » et 100 000 € plus tard, le résultat est étonnant. Les cuisines, reliées au tout à l'égoût, sont en bas. La salle (32 couverts) est au-dessus, accessible par l'escalier de la porte avant. Les larges vitres ont été conservées. Des lumières encastrées et rideaux ajoutés pour un « effet chaleureux ». En bord de route, devant la carrosserie devenue gris mat, une terrasse est dressée. « Le bus roule encore, explique Ines. Si ça ne marche pas, je peux changer de secteur. » Mais les débuts sont très corrects. La clientèle de proximité, « attirée par la curiosité du décor », revient aussi pour l'assiette. « Un fast-food était hors de question. Ouvrir des boîtes, réchauffer des plats, ce n'est pas ma vision de la cuisine. » Au menu hier : Saint-Jacques au basilic, ballotin de queue de bœuf, fondue au chocolat...