Pour arrêter la clope, les buralistes testent le timbre fiscal électronique

©2006 20 minutes

— 

Alors que les ventes de cigarettes ont baissé de près de 30 % en trois ans, les marchands de tabac planchent sur la diversification de leurs activités. Ainsi, dès aujourd'hui, trois bars-tabacs de Loire-Atlantique testent le « timbre fiscal électronique », que peuvent utiliser les automobilistes flashés par un radar automatique. « On passe un lecteur sur le code-barres du PV, puis on signale le paiement grâce à un modem relié à l'administration des impôts », explique Bernard Guéguen, propriétaire du Dauphin à Carquefou, l'un des trois bars-tabacs pionniers.

Pour lui, il s'agit d'une mutation « inéluctable » du métier. « Nous sommes dans la même position que les stations-essences qui ont été confrontées à l'arrivée de la grande distribution, estime le buraliste. Celles qui ont survécu sont celles qui ont diversifié leurs activités. » La Confédération des débitants de tabac planche ainsi à terme sur la vente de « tickets de cinéma, de matchs de foot ou de DVD » pour étoffer sa panoplie de services.

G. F.