Un rapport veut amputer l'hôpital d'Ancenis

©2006 20 minutes

— 

 
  — no credit

Menace en bloc. Selon le rapport du Conseil national de la chirurgie remis au ministre de la santé au début du mois, l'hôpital d'Ancenis fait partie des 113 blocs opératoires qui doivent fermer car ils réalisent moins de 2000 opérations par an. Pour Joseph Foucher, le directeur de l'hôpital, « ce rapport est préoccupant » mais ne signifie pas forcément la fermeture du service de chirurgie.

Il conteste en effet les chiffres annoncés dans le rapport qui se base sur l'activité durant l'année 2004, une année noire pour l'établissement. Cette année-là, le seuil d'interventions n'a pas été atteint « en raison de l'absence prolongée de deux chirurgiens spécialistes, ce qui a entraîné une forte chute de l'activité », rappelle Joseph Foucher. Mais dès 2005, le bloc opératoire d'Ancenis a retrouvé un fonctionnement plus soutenu avec 2 200 interventions réalisées dans l'année. « Une tendance qui se confirme au premier trimestre 2006 », selon le directeur. Jean-Michel Thobie, le maire d'Ancenis, également médecin généraliste, se montre plus inquiet. « Fermer le bloc cela signifie aussi fermer la maternité. On accouche des femmes qui ont des grossesses simples mais en cas d'urgence il faut pouvoir pratiquer une césarienne cela nécessite un plateau technique chirurgical. »

Stéphanie Lacaze

A Ancenis, la moitié des opérations est planifiée, l'autre se fait aux urgences. Une trentaine d'interventions se déroulent chaque semaine, la moyenne dans un CHU.