Pass Sup, carte étudiante à tout faire

Frédéric Brenon
— 
Au resto U, les célèbres tickets sont désormais remplacés à la caisse par le système monétique de la carte Pass Sup'.
Au resto U, les célèbres tickets sont désormais remplacés à la caisse par le système monétique de la carte Pass Sup'. — F. Elsner / 20 Minutes

C'est une mini-révolution. Celle symbolisant la véritable entrée de l'université de Nantes dans l'ère du numérique. Depuis quelques jours, un nouvel accessoire est distribué gratuitement aux étudiants effectuant leur rentrée : la carte Pass Sup'. Un nom qui sera très rapidement retenu de tous puisque cette carte à puce sert quasiment à tout faire sur le campus. Finis les tickets de resto U, finie la traditionnelle carte d'étudiant, finis les badges d'accès...Pass Sup' les a remplacés.

Pour payer ou s'identifier
L'utilité la plus visible de la nouvelle carte est sa fonction porte-monnaie électronique. Créditée par Internet ou aux bornes de chargement Moneo, elle permet de payer certains achats (cafétéria, distributeurs, photocopies, etc.) et de régler les repas au Resto U.
Sa seconde utilité est sa fonction identification. Elle permet ainsi de contrôler l'accès aux examens, aux parkings et bâtiments, d'emprunter des documents aux bibliothèques, ou de s'inscrire à certaines activités sportives.
Outre 82 000 étudiants de six établissements à Nantes et à Angers, près de 9000 personnels universitaires seront aussi utilisateurs de Pass Sup'.

Parmi les derniers en France
« L'un des avantages de la carte c'est qu'il y a moins de monnaie à gérer. On espère moins de dégradations des distributeurs. Il n'y a pas non plus de personnel à mobiliser pour la distribution des tickets au RU », explique Jean-Marie Falip, directeur du Crous. « Pour l'étudiant, c'est un gain de souplesse et un encouragement à la mobilité, poursuit-il. Car, avec la même carte, on peut payer dans d'autres universités. Le seul risque au final, c'est la perte. Dans ce cas, la carte peut être bloquée aussitôt le signalement effectué ».
Le campus nantais était l'un des derniers en France à ne pas être passé à la monétique. Assez complexe à déployer, la mise en service du dispositif aura nécessité deux ans de travail et coûté 1,5 million d'euros aux établissements et à la région Pays de la Loire. « A l'avenir, des services tels le Pass culture sport ou même les transports en commun pourraient fonctionner avec la carte », pronostique Christophe Clergeau, vice-président du conseil régional.