Les sans-ticket vont passerà la caisse

Guillaume Frouin

— 

Vingt-quatre contrôleurs supplémentaires sont en cours de recrutement par la Semitan.
Vingt-quatre contrôleurs supplémentaires sont en cours de recrutement par la Semitan. — F. Elsner / 20 Minutes

Selon nos informations, la Semitan s'apprête à lancer une vaste opération contre la fraude dans ses trams. Elle va pour cela faire appel aux services de SCAT (Service, Contrôle et Analyse du Transport), une société spécialisée de Lyon, dont le directeur était à Nantes hier.
Entre octobre et décembre, à raison de quinze jours par mois, ses agents viendront en renfort des contrôleurs habituels de la Semitan. « Ils formeront des groupes de vingt contrôleurs, qui bloqueront toutes les portes du tram pour empêcher les fraudeurs de s'enfuir », explique un salarié de la Semitan. A Montpellier (Hérault), où SCAT est intervenue en début d'année, l'expérience s'est ainsi avérée « très positive », selon la Tan. Et surtout « rentable », croit savoir le même salarié.

Près de 10 % de fraudeurs
Il faut dire que les contrôles de voyageurs en situation irrégulière (fraudeurs, tarifs réduits injustifiés...) ont explosé de 17 % par rapport à l'an passé. Au total, 10 % des passagers seraient ainsi en infraction, d'après la Semitan. Contre 7 % il y a quelques années. Un phénomène « qui n'est pas propre à Nantes », rappelle son directeur général Alain Boeswillwald, en dépit de la forte augmentation des prix des transports en commun nantais (+ 22 % sur le carnet de dix tickets en cinq ans).

Des contrôleurs recrutés
Reste que le fléau coûte cher à la société d'économie mixte, dont Nantes métropole est l'actionnaire majoritaire. « Un point de taux de fraudes, cela représente environ un million d'euros de pertes », rappelle Alain Boeswillwald. « Il était aussi important de montrer à nos clients qui payent que leur comportement est normal, et non pas celui des fraudeurs. »
Pour ne prendre personne « en traître », des affichettes préviendront toutefois de l'imminence de la campagne dans les trams. Ce ne sera pas un simple feu de paille : vingt-quatre contrôleurs supplémentaires sont en cours de recrutement par la Semitan.