L'université de Nantes veut être plus « lisible »

— 

Elles vont du bac+2 à bac+8. Sept « filières » parlantes (informatique, industrie créative, banques, assurance, agro-alimentaire, génie civil, développement durable et santé) viennent d'être mises sur pied par l'université de Nantes, pour répondre au « besoin de lisibilité » des entreprises. « Elles offrent aussi une meilleure visibilité pour nos étudiants et leurs familles », explique Vincent Lang, vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU).
Seuls « 20 à 30 % » des diplômes de l'université sont concernés par ces filières, qui sont construites en concertation avec les autres universités de l'Ouest. « Il ne faut pas que ces filières soient artificielles, mais cohérentes », insiste Vincent Lang. « Je ne vois pas, par exemple, une filière professionnelle Philosophie. » Une filière « Métiers de l'enseignement », en revanche, est « en gestation extrêmement sérieuse », selon Yves Lecointe, président de l'université de Nantes.G.F.