Les anti-CPE sont sur le pont

©2006 20 minutes

— 

L'agglomération coupée en deux. Les étudiants et lycéens mobilisés contre la loi pour l'égalité des chances sont passés à la vitesse supérieure hier. Inspirés par le blocage d'un morceau du périphérique nantais mercredi matin, des centaines de manifestants ont cette fois bloqué l'accès des principaux ponts franchissant la Loire. Une action qui a provoqué aussitôt, peu avant 8 h, des embouteillages monstrueux dans l'agglo. Sur le périphérique ouest, les bouchons constatés de part et d'autre de Cheviré ont atteint jusqu'à 12 km. Même situation sur le périphérique est, la pénétrante sud ou la route de Cholet.

Impuissants et parfois agacés, certains n'ont pas hésité à laisser leur voiture à Rezé ou à Bouguenais pour gagner à pied le centre-ville. D'autres ont pris leur mal en patience jusqu'en milieu de matinée, heure de levée des barrages. « J'ai mis deux heures et quart pour rallier Montaigu à Nantes au lieu de trente minutes habituellement, peste un automobiliste vendéen. Manifester c'est une chose mais là je trouve que c'est prendre en otage ceux qui travaillent. » « C'est l'entêtement du gouvernement qui nous pousse à en arriver là, se défend Pauline, opposée au CPE. Ne comptez pas sur nous pour plier maintenant. » « Nous avons formé une commission pour préparer ce type d'action, explique Coline, membre de l'Unef. Et il y en aura d'autres ces prochains jours ». Dans l'après-midi, la circulation du centre-ville a également été perturbée à plusieurs reprises par des cortèges de manifestants. F. B. et J. J.

pastille web