Fatale erreur dans le bloc

Guillaume Frouin

— 

Un médecin a-t-il le droit à l'erreur, fut-elle mortelle ? Hier, le tribunal correctionnel a condamné une chirurgienne du CHU de Nantes à une amende de 5000 € avec sursis pour « homicide involontaire ». Le 18 mai 2005, elle avait sectionné par erreur deux vaisseaux sanguins d'un patient de 24 ans, qui était opéré pour une ablation de la rate. Une « maladresse technique », dont elle ne s'est pas rendu compte sur le moment, et qui avait causé la mort du jeune homme trois jours plus tard.
Lors du procès, qui s'était tenu le 11 mai, le parquet avait demandé de deux à trois mois de prison avec sursis et une amende de 3000 € à l'encontre de cette chirurgienne de 42 ans. Son avocat, qui avait admis une « erreur médicale » mais pas de « faute pénale », avait lui plaidé la relaxe. « Une condamnation reviendrait à instituer une obligation absolue de résultat pour tout chirurgien », avait-il fait valoir.

« Pas d'obligation de résultat »
« Le risque zéro n'existera jamais en chirurgie », plaide lui aussi Marc Richer de Forges, responsable en Pays de la Loire de l'Union des chirurgiens de France (UCDF). « La justice doit d'abord d'interroger si le médecin a prévu un filet de secours en cas de pépin... Nous n'avons en effet pas d'obligation de résultat, mais une obligation de moyens : si ceux-ci sont réunis, alors je trouve anormal que le médecin soit sanctionné d'une condamnation pénale. » En attendant, celle du tribunal correctionnel de Nantes va certainement alimenter la crise des vocations dans la chirurgie. « Beaucoup d'étudiants en médecine s'en détournent, en raison de notre charge de travail et des lourdes responsabilités qu'elle entraîne », soupire Marc Richer de Forges. « Et contrairement à ce que pensent les gens, nous ne roulons pas forcément sur l'or ».

Coelioscopie

La victime était opérée par coelioscopie, technique qui s'aide d'une caméra et d'un écran. Elle est jugée plus confortable pour le patient, mais plus risquée qu'une opération à ventre ouvert pour le chirurgien, qui est privé d'une vision en trois dimensions.