MSC, possible repreneur, a déjà fait construire le Orchestra à Saint-Nazaire.
MSC, possible repreneur, a déjà fait construire le Orchestra à Saint-Nazaire. — J.S. Evrard / SIPA

Nantes

Le bateau libyen prend l'eau

Industrie Les chantiers navals ont rompu le contrat, faute de paiement

La nouvelle a été confirmée hier aux salariés des chantiers navals de Saint-Nazaire : STX France a finalement rompu son contrat avec la compagnie d'Etat libyenne GNMTC, pour la construction d'un paquebot qui devait normalement être livré fin 2012. Le deux­i­ème acompte, attendu avant le 15 mai, n'est en effet jamais arrivé, conséquence des sanctions internationales contre le régime Kadhafi.

Un impact financier « limité »
« En raison de la couverture des assurances pour un tel incident, l'annulation ne devrait avoir qu'un impact limité sur les résultats financiers de STX France », a précisé hier la maison-mère des chantiers, dans un communiqué, qui s'est dite au passage « confiante » pour trouver un repreneur au paquebot libyen, déjà construit à 40 %.
Tous les regards se tournent à présent vers l'armateur italo-suisse MSC, un des clients historiques de STX France. « MSC négocie en même temps un prototype de paquebot, encore plus gros que les précédents », explique Nathalie Durand-Prinborgne (Force ouvrière). « Il est évident que le navire libyen sera alors très largement bradé : nous avons besoin de la construction de ce paquebot pour faire tourner nos ateliers », rappelle la secrétaire de la section.

Famille

La GNMTC, spécialisée dans le transport de produits pétroliers, avait signé une lettre d'intention de commande en juin 2010. Elle est dirigée par un fils Khadafi.