Amap, le coup de la panne

Pauline André

— 

La Loire-Atlantique est le département français comptant le plus d'Amap.
La Loire-Atlantique est le département français comptant le plus d'Amap. — F. Elsner / 20 MInutes

«L'offre a rejoint la demande ». constate le collectif Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (Amap) 44. Lancé en 2004 en Loire-Atlantique, ce système de livraison directe entre producteurs et consommateur a séduit de nombreux agriculteurs qui y trouvent l'assurance d'un salaire régulier et équitable. Mais après un développement exceptionnel ces dernières années, il est désormais très difficile de trouver une Amap à livrer. Rares sont les nouvelles qui se créent. « On note un tarissement de la demande, alors que globalement l'envie de manger bio est toujours là », reconnaît Danièle Broekarts du Groupement des Agriculteurs Bio du 44. Passé de 35 à 80 il y a encore deux ans, le nombre d'Amap se maintient aujourd'hui autour de 90.

Les producteurs dans l'attente
« La crise, la récupération du bio par les grandes surfaces, le manque de gens prêts à s'investir, l'idée reçue que les Amap sont pleines, tout cela explique ce ralentissement, analyse le collectif Amap 44. La solution c'est d'en créer de nouvelles ». Malgré la simplicité de la démarche, l'idée de se lancer rebute certains consommateurs qui préfèrent se tourner vers d'autres systèmes de paniers bio livrés à domicile, sans cadre associatif (Le Panier paysan, L'hirondelle du bio, Réseau Ker bio...)
Les agriculteurs intéressés ne manquent pourtant pas. Surtout les maraîchers qui sont déjà plus d'un tiers à distribuer ainsi. « On a plusieurs échos de maraîchers qui nous disent ne pas avoir assez de familles ou ne pas réussir à trouver d'Amap », souligne Danièle Broekarts. Le système n'est toutefois pas encore complètement en panne. La première Amap étudiante est ainsi née en mars à Nantes. « On a d'abord fédéré un groupe de consommateurs, trouvé un producteur et un lieu de distribution », se félicite le fondateur de l'association qui réunit 26 personnes.
Très urbain, le phénomène Amap touche aujourd'hui plus de 5000 familles en Loire-Atlantique. Le département qui compte le plus d'Amap en France.

Les premières AMAP poisson

Las de voir les prix d'achat de leur pêche baisser, les pêcheurs de l'île d'Yeu ont signé un partenariat avec les Amap nantaises. Toutes les trois semaines, des colis de trois kilos de poisson sont acheminés par camion frigo pour être vendus aux familles 30 euros. Près de 80 % du prix du panier revient au pêcheur contre 30% dans le circuit traditionnel.