Fac : des tags gênants pour le mouvement

— 

 
  — 20 Minutes

 Une partie des étudiants de lettres et sciences humaines entament ce matin leur quatrième jour de blocus consécutif pour protester contre l’adoption du contrat première embauche (CPE). En marge du
mouvement, une quinzaine de tags, dont certains à la gloire d’Action directe (dont une membre est morte mercredi), ont été découverts hier matin sur les murs du nouveau Pôle étudiant ainsi que sur ceux du bâtiment universitaire de la Censive. Desdégradations qui s’ajoutent à la douzaine d’extincteurs vidés intentionnellement ces deux derniers jours.
Du coup, l’Université a déposé plainte contre X hier. « C’était des actes prévisibles, considèreManuel Canevet, directeur de cabinet du président de l’université. A partir du moment où il y a occupation, on se doutait qu’il leur serait difficile de maîtriser tout le monde. » « Des tags, il y en a eu ailleurs qu’à l’université cette nuit-là, explique SUD Etudiant. Rien ne prouve que c’est propre à notre mouvement. Il ne
faut pas faire d’amalgame ». F. B.