La Traite négrière, un lourd héritage

Guillaume Frouin
— 
La « Marche des esclaves » est violemment critiquée par la mairie de Nantes.
La « Marche des esclaves » est violemment critiquée par la mairie de Nantes. — F. Elsner / 20 Minutes

Demain, la Journée nationale de commémoration de l'abolition de l'esclavage ne sera toujours pas célébrée de façon unitaire à Nantes. Une trentaine de comédiens enchaînés et en haillons ont en effet pris part, dès hier, à une « Marche des esclaves » dans les rues de la ville, qui a fait sa fortune au XVIIIe siècle sur le « commerce triangulaire ». Ils étaient encadrés par deux négriers européens, qui criaient « Avancez, bande de nègres ! » entre deux coups de fouet et de bâton.

« Indécent » pour Octave Cestor
« C'est avant tout un outil pédagogique, pour répondre à la non-visibilité de la traite négrière dans les manuels scolaires », explique André-Joseph Gélie, qui a initié l'événement en 2006. « Nous vivons dans un monde d'images, et cette Marche permet de symboliser l'esclavage. » Hier, les « esclaves » ont ainsi marqué l'arrêt devant l'Hôtel de ville... où l'initiative est jugée « indécente ». « C'est comme si on demandait aux Juifs de théâtraliser leur marche vers les fours crématoires », s'emporte Octave Cestor, conseiller municipal en charge des « relations entre Nantes, l'Afrique et les Caraïbes ». « Nous sommes, en plus, dans une ville qui assume son passé... Ces personnes devraient avoir le courage d'aller à Bordeaux, La Rochelle ou Saint-Malo. Ces villesne font rien alors qu'elles ont, elles aussi, un passé négrier. »