Il déterre Un troisième avion militaire

Frédéric Brenon

— 

Les pièces de l'avion ont été retrouvées lundi par Jérôme Batard, agriculteur.
Les pièces de l'avion ont été retrouvées lundi par Jérôme Batard, agriculteur. — F. Elsner / 20 MInutes

L'histoire est belle, surtout lorsqu'elle se répète. Les restes d'un troisième avion militaire de la Seconde Guerre mondiale viennent d'être découverts par un agriculteur de Pont-Saint-Martin. Après avoir exhumé de son champ un appareil allemand en juin 2009, puis un bombardier anglais d'une parcelle voisine en janvier dernier, Jérôme Batard vient cette fois de mettre au jour sur un terrain en friche proche de son exploitation les morceaux d'un véritable Vickers-Wellington. Ce bombardier britannique, mesurant 20 m de long, avait été abattu le 8 mai 1941 par l'occupant nazi alors qu'il s'approchait de l'aéroport de Nantes.

Des centaines d'objets enfouis
« On le cherchait depuis plus de trois ans, raconte l'agriculteur passionné d'histoire. Des témoignages d'aînés indiquaient un lieu mais on ne trouvait rien. On a essayé un peu plus loin avec un détecteur de métaux et, lundi, ça a enfin bipé. Les morceaux étaient à quelques centimètres sous terre. On a gratté ensuite pendant des heures avec des amis.  » Plusieurs centaines d'objets ont été dégagées, parmi lesquels de nombreuses pièces mécaniques mais aussi des balles, du tissu, un cadran de montre, une bonbonne d'oxygène... Ils ont été confiés pour restauration à l'association de recherches d'épaves aéronautiques (AREA), basée en Vendée.

Six hommes ont péri à bord
« La carcasse avait été récupérée par les Allemands donc on ne s'attendait pas à faire de trouvaille extraordinaire. Mais cette nouvelle découverte procure quand même beaucoup d'émotion. C'est l'aboutissement d'un travail collectif. Surtout, on va pouvoir rendre une partie des objets aux familles des aviateurs. » Car, selon les archives militaires, six hommes – cinq Anglais et un Canadien – ont péri lors du crash. « L'avion faisait partie d'un escadron de 15 appareils et revenait d'une mission de bombardement sur Saint-Nazaire. »
A terme, Jérôme Batard souhaite céder à la commune toutes les pièces découvertes, afin qu'elles soient exposées. « Elles font partie de notre histoire. C'est important que ce passé soit transmis aux nouvelles générations. »

des crashs allemands et anglais

Le Focke-Wulf allemand déterré à Pont-Saint-Martin en juin 2009 s'était écrasé le 4 juillet 1943. Le Hampden HP 52 britannique retrouvé en janvier dernier était, lui, tombé le 4 février 1941. Un autre appareil, un bombardier allemand, s'était écrasé dans le même secteur le 30 octobre 1940. Mais aucun reste n'a été trouvé, le terrain ayant été remblayé.