Une méthode qui suscite l'inquiétude

— 

Pour un couple âgé comme les Livet, la décision de mener une grève de la faim est loin d'être anodine. Une situation parfaitement comprise par les membres du collectif Charmilles-Marchinchère, qui ont tenté de dissuader le couple d'utiliser une méthode aussi traumatisante. « On est inquiets, avoue Gérard, un voisin. Mais on est avec eux. » De son côté, la mairie de Sainte-Luce sur Loire, qui soutient la cause des résidents, est vigilante. L'adjointe aux affaires sociales, Roselyne Durand, s'est d'ailleurs rendue sur place mardi. « Tout le monde est soucieux de l'état de santé des Livet, indique Thierry Saurat, directeur de la communication de la commune. Mais la ville ne peut imposer un suivi médical. Tout ce que nous pouvons faire, c'est actionner des leviers auprès d'Orange pour que ce dossier avance. »J. R.