Nantes

Alerte fictive à la variole au collège de la Noë Lambert

Le retour de la variole en cas d'attaque bioterroriste est un scénario catastrophe auquel les autorités veulent se préparer. Après Lyon et Strasbourg, Nantes a testé hier l'un de ses 19 centres de vaccination au gymnase du collège de la Noë Lambert. ...

Le retour de la variole en cas d'attaque bioterroriste est un scénario catastrophe auquel les autorités veulent se préparer. Après Lyon et Strasbourg, Nantes a testé hier l'un de ses 19 centres de vaccination au gymnase du collège de la Noë Lambert. « Il faut être en mesure de vacciner la population nantaise en quatorze jours, à raison d'une moyenne de 1 000 personnes par jour et par centre », indique l'adjoint au maire, Henri Duclos. Au total, 72 centres seront répartis sur le département. Les maires peuvent visiter ce dispositif jusqu'à vendredi. Tri, isolement, vaccination, labo : la logistique est en place. « Il faut une culture de la gestion de crise, explique Ziad Khoury, sous-préfet. Ce dispositif pourrait servir pour d'autres pathologies s'il y avait besoin de distribution de médicaments. » Eradiquée en 1980, la variole est considérée comme l'une des menaces les plus graves par les experts du bioterrorisme. Sandrine Bavard