Le carnaval de nantes tombe à l'eau

Caroline BONNIN

— 

Les carnavaliers continuent de travailler à la réalisation des chars et grosses têtes.
Les carnavaliers continuent de travailler à la réalisation des chars et grosses têtes. — F. Elsner / 20 Minutes

Le carnaval de Nantes, qui devait se tenir les 3, 6 et 9 avril, semble définitivement enterré. La conséquence du long conflit qui oppose les carnavaliers et l'association organisatrice Nemo. Une réunion aura lieu ce soir entre les deux parties et devrait officialiser l'annulation de l'événement et fixer les dates de son report. Une première depuis 1947.

« Il est désormais trop tard »
« Ça me paraîtrait incroyable que les chars défilent dimanche, regrette Bruno Lautrey, secrétaire de l'association Nemo. Le carnaval ne pourra pas être organisé dans de bonnes conditions, notamment en termes de sécurité. Il est désormais trop tard pour la vérification des plateaux qui supportent les chars. »
Même son de cloche du côté de la mairie : « C'est très mal parti, déclare Jean-Louis Jossic, l'adjoint au maire chargé de la culture. Il risque d'être trop tard pour le dépôt des dossiers techniques. » Aucune demande n'a par exemple été faite en préfecture pour les postes de secours.
Et puis il reste encore des problèmes financiers à régler, ajoute Bruno Lautrey : « Le comité des fêtes – qui gérait le carnaval les années précédentes – doit normalement nous céder du matériel, notamment les plateaux, mais nous ne sommes pas d'accord sur les prix. »
Du côté des carnavaliers, peu d'optimisme également : « On est dans le flou. On attend la réunion qui aura lieu ce soir. Mais on va tout faire pour que les chars soient prêts dimanche », explique Fabien Duret, de l'équipe des Carnavaliers herblinois.
Même si le carnaval tombe à l'eau, la grande braderie aura bien lieu ce week-end. Cette année elle commence dès vendredi matin dans les magasins. Les 800 commerçants poursuivront le déballage samedi matin, dans les rues, de 9 h à 18 h 30. Hugues Frioux, le président de l'association des commerçants du centre-ville nantais, déplore que le carnaval n'ait pas lieu le lendemain. « C'est frustrant, car ces deux grands rendez-vous populaires ont toujours été liés. »