Fol espoir pour les couples infertiles

— 
L'embryoscope a été prêté au CHU.
L'embryoscope a été prêté au CHU. — F. Elsner / 20 Minutes

   Près de 15 % des couples en âge de procréer ont des difficultés, à un moment de leur vie, pour avoir un enfant. La fécondation in vitro (FIV), qui peut leur être proposée, n'a rien du remède-miracle : seule une grossesse sur quatre, en moyenne, aboutit. De plus, pour multiplier ses chances de succès, elle s'accompagne de « grossesses gemellaires » (de jumeaux), porteuses de risques pour la mère et ses enfants... 

 Un « embryoscope » à 100 000 €
Un « équipement révolutionnaire », prêté jusqu'à l'été au CHU de Nantes par son fabricant, pourrait avoir un impact positif sur l'issue de ces FIV. Un microscope est en effet enfermé dans cet incubateur, unique en France, ce qui évite de sortir l'embryon de son cocon douillet. « Moins on va déranger l'embryon, mieux il va se porter », pense Thomas Fréour, biologiste dans le service de médecine de la reproduction. « Mais l'impact sur les chances de grossesse reste à démontrer. » Le CHU va donc participer à une étude collaborative internationale, pour croiser ses résultats - les premiers sont « encourageants » - avec ceux des autres hôpitaux européens équipés. Il cherche aussi des mécènes, pour acquérir définitivement cet « embryoscope » à 100 000 €... En attendant, pour maximiser les chances d'avoir un bébé, ses médecins conseillent aux futurs parents d'arrêter la clope : une fumeuse (passive ou non) divise son potentiel « par trois » par rapport à une femme qui ne fume pas.G. F.