15000 oiseaux victimes de la pollution au fioul

© 20 minutes

— 

« Il n’y a strictement rien à faire. On ne peut pas accéder aux vasières car les oiseaux s’envoleraient. Alors on constate les dégâts. » Depuis la collision entre deux butaniers mercredi soir devant Donges, qui a provoqué une perte de 30 à 40 tonnes de fioul lourd dans la Loire, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) arpente inlassablement les bords du fleuve afin de mesurer les conséquences écologiques de la pollution. Et de comptabiliser le nombre d’espèces touchées, toujours croissant. « C’est une véritable catastrophe pour cette zone, estimait hier Philippe de Grissac, président de la LPO 44. Il y a un an, nous avions recensé 32 000 oiseaux en situation d’hivernage dans l’estuaire. Sur ce nombre, il y en a environ 15 000 qui sont victimes aujourd’hui de la pollution. » Certaines espèces d’échassiers sont même touchées à près de 90 %, comme les avocettes. « La plupart sont couvertes d’hydrocarbures, il y a peu de chances qu’elles s’en sortent. Mais tous les volatiles ne vont pas mourir. Certains risquent juste de s’affaiblir. » F. Brenon