La Fabrique prépare son entrée en scène

Frédéric Brenon

— 

Le premier bâtiment hébergera des studios, le second une salle de concert.
Le premier bâtiment hébergera des studios, le second une salle de concert. — F. Elsner / 20 Minutes

C'est sans aucun doute l'un des chantiers les plus attendus de l'année. Erigée juste derrière les Nefs, sur l'île de Nantes, la Fabrique avance à grand pas. L'équipement culturel présente désormais une silhouette quasi définitive, les travaux devraient s'achever cet été. L'ouverture au public est programmée pour le 30 septembre.

Plus grande capacité
La Fabrique est en fait composée de deux bâtiments. Le premier ressemble à un grand vaisseau de tôles ondulées blanches. Il abritera une salle de concert de 1200 places (dont 600 assises), une salle de spectacle de 400 places, un plateau de création multimédia, un espace d'expérimentation artistique et un grand bar (gonflable!) ouvert en journée. L'entrée se fera par les Nefs.
Le second bâtiment est un cube métallique de sept étages posé sur un ancien blockhaus. Il hébergera 16 studios de répétition, un studio d'enregistrement, un centre de documentation, un espace de conférence et un bar. Entre les deux bâtiments, un jardin expérimental sera aménagé et régulièrement animé.
La Fabrique sera pilotée par cinq associations, en particulier Trempolino et l'Olympic, lesquels quitteront leurs locaux respectifs de Chantenay.
« Cet équipement offrira des conditions de création décentes aux artistes nantais. Il manquait ce lieu central de ressources, adapté aux nouvelles pratiques musicales. Il apportera un rayonnement important à Nantes », estime Jean-Louis Jossic, adjoint au maire. « On va avoir un très beau jouet, se félicite Marieke Rabouin, de l'Olympic. Les conditions d'accueil et d'acoustique y seront excellentes. Une plus grande capacité permettra de capter de nouvelles tournées et d'élargir notre public. »

Olympic

Pour célébrer la fermeture de sa salle historique de Chantenay (800 places), l'Olympic prévoit une semaine de festivités culturelles du 10 au 15 mai. Le bâtiment restera ensuite la propriété de la ville. « Il restera dédié à la culture mais n'accueillera plus des centaines de personnes », indique la mairie.