Les taxis nantais en colère après l'ouverture aux autres communes

— 

La gare est la cible des convoitises.
La gare est la cible des convoitises. — F. Elsner / 20 Minutes

L'entrée en vigueur, hier, d'une zone unique de prise en charge étalée sur treize communes de l'agglomération nantaise n'emballe pas les taxis nantais. Plusieurs d'entre eux n'acceptent pas que les chauffeurs des communes voisines puissent désormais venir chercher des clients sur un territoire qui leur était précédemment réservé, en particulier à la gare SNCF où les courses sont nombreuses. Cette réorganisation, décidée par la mairie de Nantes et approuvée par la coopérative « Allo taxis », vise à augmenter l'offre globale de taxis.
« On a payé nos licences 30 % plus cher que les autres car on savait que le potentiel était supérieur à Nantes. Si aujourd'hui on change la règle du jeu en laissant venir les taxis de périphérie prendre des clients à la gare, nous sommes pénalisés financièrement », s'inquiète Loïc Seroux, porte-parole du collectif des taxis nantais indépendants.
« Cette réorganisation ne résoudra rien, déplore Frank Ladurelle, président du syndicat des taxis de Loire-Atlantique. La zone unique de prise en charge devrait se limiter aux seules heures de pointe. Car le reste de la journée, elle risque de vider les petites communes de leurs taxis. » Les deux représentants envisagent un recours en justice.F.B.