Le nucléaire attise le débat

Frédéric Brenon

— 

Un rassemblement contre l'énergie atomique a été organisé hier par les Verts.
Un rassemblement contre l'énergie atomique a été organisé hier par les Verts. — F. Elsner / 20 Minutes

A quatre jours du premier tour des élections cantonales, l'avenir du nucléaire français effectue un retour en force dans le débat politique local. Le président socialiste du conseil général, Patrick Mareschal, avait lancé le mouvement lundi en estimant que « les événements japonais mettent en évidence les limites de la production nucléaire ». « Ce nouveau point doit renforcer la prise de conscience collective sur les risques liés au nucléaire, et probablement conduire notre pays à se défaire de sa dépendance atomique », avait-il ajouté.

« Le courage de dire les choses »
Hier midi, les élus Verts de Loire-Atlantique ont organisé un rassemblement à Nantes « en solidarité avec le peuple japonais et pour dire non au nucléaire où qu'il soit ». « Cette catastrophe nous rappelle qu'il est impossible de garantir le risque zéro. Les leçons doivent être tirées en anticipant dès aujourd'hui la sortie de la France du nucléaire. Les consciences doivent s'éveiller, ayons le courage de dire les choses », avance Jean-Philippe Magnen, vice-président du conseil régional.
Des prises de position que n'a pas apprécié l'UMP. « Il est illusoire de vouloir relever dans notre pays le défi du climat sans l'énergie nucléaire. Nous n'avons d'autres choix, sauf à renoncer à la croissance », estime Franck Louvrier, conseiller régional. « Certains élus tentent de faire de la récupération politique malsaine. Ces déclarations ne visent qu'un objectif : tenter d'obtenir quelques voix de plus aux cantonales », enfonce Julien Bainvel, conseiller municipal.