Sarkozy incite les chantiers navals STX à «se positionner» sur le marché des éoliennes marines

ECONOMIE Le président veut voir émerger une filière française...

G. F.

— 

Sarkozy, hier, aux chantiers navals.
Sarkozy, hier, aux chantiers navals. — F. elsner / 20 Minutes

Depuis peu, les chantiers navals STX engrangent les bonnes nouvelles. La lettre d'intention de commande de quatre porte-hélicoptères, dont deux construits à Saint-Nazaire, a ainsi été signée hier par la Russie. Une commande qui sera entérinée quand le montage financier sera bouclé, et qui s'ajoute à celles des trois paquebots enregistrées depuis un an.

«Les éoliennes, c'est pour vous!»

Alors que son carnet de commandes était vide il y a un an, l'entreprise cherche maintenant à se diversifier. Hier, Nicolas Sarkozy l'a ainsi incitée à «se positionner» sur le marché des éoliennes marines. «Notre objectif est de faire émerger une filière nationale performante, pour construire ces moyens de production et également se projeter à l'export», a expliqué le président de la République. «Les éoliennes off-shore, c'est pour vous!», a-t-il lancé aux ouvriers réunis devant lui.

Les ex-chantiers de l'Atlantique vont ainsi fabriquer des mâts, des fondations sous-marines ou des navires d'installation d'éoliennes. Un investissement « de 70 à 100 millions d'euros », évalue Jacques Hardelay, leur directeur général. « Les bateaux resteront notre activité principale, mais les énergies marines renouvelables sont une bonne occasion de stabiliser notre activité. »

Des bonnes nouvelles, mais qui ne satisfont pas la CGT. Près de 350 personnes ont manifesté hier matin contre le « plan social déguisé » que représente, pour eux, le plan de 235 départs volontaires conclu cet automne. A leurs yeux, Sarkozy était aussi venu « se racheter une virginité » après la réforme des retraites.