Un « témoin » blanchi après la disparition des étudiants

— 

Police Judiciaire

Samedi, 180 personnes ont défilé à Nantes en soutien aux familles de Rémy Calmejane et Grégoire Rigault, ces deux étudiants disparus à vingt-quatre heures d'intervalle début décembre. Les deux avaient été vus à l'intérieur ou aux abords du Calysto, la discothèque de Chantenay située en bords de Loire.
Peu après leur disparition, le portrait-robot d'un « témoin important » avait alors été diffusé dans les commissariats. Eméché, il avait menacé de mort un des clients du Calysto, le soir où Rémy Calmejane s'y trouvait… Seulement voilà : l'homme, âgé de 34 ans, vient d'être mis hors de cause. Identifié « de manière certaine » par les enquêteurs, il a confirmé sa présence au Calysto la nuit des faits, et les clients qui l'avaient signalé l'ont formellement reconnu. Inconnu des services de police, ce scientifique de formation a alors été remis en liberté au bout de quelques heures d'audition, sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.
Les parents des deux disparus, reçus par le procureur de la République de Nantes, en ont été informés le lendemain de son audition. Depuis, l'enquête « se poursuit activement », selon Xavier Ronsin, « aussi bien par le recueil de témoignages que l'exploration de la Loire et de ses environs ». Guillaume Frouin