Notre-Dame-des-Landes: Nouvelles interpellations d'opposants au projet d'aéroport

LOIRE ATLANTIQUE Des interpellations ont eu lieu...

A Notre-Dame-des-Landes, Guillaume Frouin

— 

Six opposants au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ont été interpellés ce vendredi matin, au terme de contrôles d’identité musclés, en marge d’une nouvelle manifestation contre ce projet.

Un impressionnant dispositif de gendarmerie a été déployé tôt aux abords de la mairie, dans le bourg de ce village de 1.800 habitants, où des commissaires-enquêteurs recueillent les avis des propriétaires terriens sur le réaménagement foncier de la zone.

Un projet «grenello-incompatible»

Lors de leur précédente venue, des gaz lacrymogènes avaient été utilisés en marge d’une manifestation qui avait rassemblé 500 personnes. Des agriculteurs de la commune, mais aussi des squatters qui occupent les maisons rachetées à l’amiable par le conseil général de Loire-Atlantique, forment le gros des opposants à ce projet «grenello-incompatible», «inutile» et «coûteux».

«Les gendarmes sont mandatés pour nous contrôler pour des actes de terrorisme ou des recherches d’armes et d’explosifs», soupire Michel Perraud, un retraité de 63 ans, opposant au projet. «Ils font tout pour criminaliser notre mouvement.»

«Ces réquisitions de contrôles d’identité ne visaient pas des faits de terrorisme, c’est un fantasme complet», a réagi Xavier Ronsin, procureur de la République de Nantes. «Il s’agit de simples contrôles d’identité préventifs pour sécuriser les lieux et faciliter l’authentification d’auteurs de délits s’ils venaient à être commis. C’est une procédure classique et normale, que font tous les jours les procureurs de France.»