à Nantes, les taxis font leur révolution

Guillaume Frouin

— 

Les taxis nantais ne seront plus les seuls à pouvoir prendre des clients à la gare.
Les taxis nantais ne seront plus les seuls à pouvoir prendre des clients à la gare. — F. Elsner / 20 Minutes

La pénurie de taxis, bientôt un mauvais souvenir ? En début d'année prochaine, les taxis immatriculés à Nantes ne seront plus les seuls à pouvoir prendre des passagers à la gare SNCF, par exemple. La création d'une « zone de prise en charge unique », annoncée mercredi par la mairie après des mois de négociations, permettra à ceux de douze communes voisines de s'en charger. Idem en sens inverse : les chauffeurs nantais pourront aller chercher les cadres d'entreprises de zones industrielles en périphérie, et les ramener à leur hôtel en centre-ville.

Il aurait fallu 82 nouvelles plaques
Treize nouvelles plaques seront aussi accordées sur l'agglomération, selon cet accord. Un moindre mal, pour la profession, qui craignait un « déséquilibre du marché » : selon l'audit commandé par la mairie, il aurait fallu 82 (!) nouvelles « autorisations de stationnement » pour répondre à la demande. « Heureusement qu'on n'est pas parti sur ces bases-là, sinon on aurait vite claqué la porte des négociations », sourit Philippe Bély, président du Syndicat départemental des artisans-taxi (SDAT). « Cet accord est plutôt bien pris par les confrères. Après avoir vécu le rapport Attali [qui préconisait l'abandon des licences de taxi], beaucoup étaient angoissés et tendus. Ils ne savaient pas à quelle sauce on allait être mangés. »