Utopiales, les recettes du succès

Julien Ropert

— 

Plus de 130 invités, 68 conférences, 52 projections, et, lors des dernières éditions, plus de 40 000 visiteurs... Les Utopiales ont depuis longtemps quitté le rayon des manifestations mineures. Au point que le festival nantais est aujourd'hui considéré comme le deuxième rendez-vous de la science-fiction mondiale après le Comic Con de San Diego. « Le festival a gagné en cohérence depuis ses débuts, et le public se fidélise, estime le cinéaste nantais Marc Caro, membre de l'association. J'étais venu lors de la deuxième édition, en 2001, et on a clairement passé un palier.» Loin d'être réservé à un public de spécialistes, la SF est en effet un genre éminemment populaire. «Il ne faut pas oublier que parmi les cinq films les plus vus au monde, il y a Avatar ou Star Wars... de la Science fiction.»

L'atout pluridisciplinaire
Surtout, les Utopiales ont fait le choix d'une programmation variée, qui touche au graphisme, à la BD, à la littérature, au cinéma, à l'animation japonaise... Quand les autres grands festivals de science-fiction, comme celui de Londres, sont consacrés à une seule discipline. Le tout sans perdre une convivialité essentielle. «Le fait que tout soit regroupé dans la Cité des Congrès fait qu'il y a une vraie proximité avec les auteurs, note Caro. Les Utopiales, ce n'est pas Cannes! »

renforts

Les programmateurs cinéma des Utopiales ont été renforcés cette année par l'équipe de l'Etrange festival, célèbre manifestation parisienne spécialisée dans les films de genre.