Les lycéens et les étudiants font le surnombre dans les cortèges

Guillaume Frouin

— 

La CGT a dénombré 95 000 personnes hier à Nantes, soit 5000 de plus que le 2 octobre.
La CGT a dénombré 95 000 personnes hier à Nantes, soit 5000 de plus que le 2 octobre. — F. Elsner / 20 Minutes

Près de 95 000 manifestants ont défilé hier à Nantes, selon les syndicats, qui en avaient recensé 90 000 le 2 octobre. Ils étaient plutôt 39 000, d'après la préfecture, qui en avait elle compté 27 000 la dernière fois. Une chose est sûre : quelle que soient les sources, la mobilisation contre la réforme gouvernementale des retraites ne faiblit pas. « Les lycéens et étudiants étaient trois fois plus nombreux que le 2 octobre », analyse Marie-Claude Robin (CGT). « Et encore, je ne compte pas ceux qui étaient dispersés dans le cortège. »

Grève reconduite par les cheminots
Il y aurait ainsi eu hier 1800 jeunes dans les rues de Nantes, d'après elle, là où la police n'en a vu que 800. Augustin Lechat-Blin, 22 ans, est de ceux-là. Animateur fédéral du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) de Loire-Atlantique, il défilait hier sous une banderole « La retraite : une affaire de jeunes ». « Pour les jeunes qui rentrent sur le marché du travail à 25 ou 27 ans, cette réforme signifie qu'ils partiront à la retraite à 67 ans », explique cet étudiant en droit. Une mobilisation spécifique des jeunes Nantais est d'ailleurs programmée demain matin. De leur côté, les cheminots nantais ont, eux, reconduit leur grève pour aujourd'hui. Seul un TGV sur trois et moins d'un TER sur deux va donc circuler. L'impact de la grève était également fort, hier, à l'aéroport Nantes-Atlantique, où 25 % des vols ont été annulés.